En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Virologie et Immunologie Moléculaires

Unité de Virologie et Immunologie Moléculaires

Immunogénomique; Génétique et résistance de la truite à différentes infections


Participants : Jean-François Bernardet, Pierre Boudinot, Armel Houel, Luc Jouneau, Christelle Langevin, Brigitte Kerouault, Tatiana Rochat et Eric Duchaud

Mots-clés : Lignées clonales de truite arc-en-ciel, résistance génétique aux maladies, génomique, QTL, infections virales et bactériennes, VSHV, Flavobacterium psychrophilum

   Génomique comparée et évolution du Complexe majeur d'histocompatibilité 

   Des collaborations avec différents groupes ont permis, par des approches de génomique comparative, d'identifier la région génomique qui est à l'origine du CMH des Vertébrés, chez Trichoplax adhaerens, une espèce Métazoaire appartenant à un phylum très basal, les Placozoaires. Un autre projet associant l'équipe à celle d'O Lantz (Institut Curie) a permis d'analyser l'évolution du récepteur MR1, nécessaire à l'activation de cellules T exprimant des TCR invariants, les MAIT. 

   Mécanismes de résistance ou d’hypersensibilité de la truite arc-en-ciel à l’infection par le virus de la SHV ou par Flavobacterium psychrophilum

   Les clones clonales isogéniques développées par E. Quillet (INRA, GABI) présentent une large diversité de sensibilité à différentes maladies comme la SHV et la flavobactériose. Les deux composantes de l'équipe ont été associées au travail d'identification des QTL associés à ce caractère résistant. La maitrise du modèle d'infection expérimentale par F Psychrophilum et par le virus de la SHV ont permis d'identifier des régions génomiques dont le rôle est en cours d'analyse.  

   Principaux projets et collaborations

L'équipe d'Edwige Quillet (GABI, INRA) pour l'étude la résistance génétique aux maladies; les groupes de L du pasquier, Univ Bale; P Pontarroti, Univ Marseille; S Ruutel, Univ Tallinn et O Lantz (Institut Curie) pour l'évolution du CMH.