En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Université Paris-Saclay SAPS

Virologie et Immunologie Moléculaires

Unité de Virologie et Immunologie Moléculaires

La tremblante du mouton pourrait passer la barrière d’espèce

17 décembre 2014

La tremblante du mouton pourrait passer la barrière d’espèce
© INRA, GIFFARD Florent
Des chercheurs de l’Inra ont montré pour la première fois que l’agent pathogène responsable de la tremblante du mouton, une protéine prion, possède le potentiel nécessaire pour convertir la protéine prion naturellement présente chez l’homme dans sa forme saine et la rendre pathologique. Chez des souris modèles reproduisant la barrière d’espèce humaine, cet agent pathogène induit une maladie en tout point similaire à celle causée par les prions responsables de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Ces premiers résultats publiés dans Nature Communications le 16 décembre 2014, soulignent la nécessité de prendre en considération la possibilité de la transmission de cette maladie à l’Homme.

La tremblante du mouton est une maladie neurodégénérative connue depuis plusieurs siècles qui affecte les petits ruminants (ovins, caprins). Comme l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), ou maladie de la vache folle, elle est causée par un agent protéique transmissible, le prion.

Cependant, et contrairement à l’ESB1, les études épidémiologiques n’ont jamais permis d’établir un lien entre cette maladie des petits ruminants et la survenue d’une maladie à prion chez l’homme. Les risques de transmission de la tremblante à l’homme (zoonose) étaient jusqu’à présent considérés comme négligeables du fait de l’existence d’une barrière de transmission qui limite naturellement la propagation des prions entre espèces.

Des chercheurs de l’Inra ont étudié, à l’aide de modèles animaux spécifiquement développés dans ce but, la perméabilité de la barrière de transmission humaine aux agents responsables de la tremblante. Cette approche avait déjà permis de confirmer le caractère zoonotique de l’agent responsable de l’ESB chez les bovins et du variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob chez l’homme (vMCJ).

De manière inattendue, dans ces modèles de rongeurs, certains des agents responsables de la tremblante des petits ruminants se sont avérés capables de franchir la barrière de transmission. Plus encore, les agents propagés au travers de cette barrière induisent des troubles pathologiques aux caractéristiques indiscernables de celles observées dans les formes dites sporadiques de la maladie humaine de Creutzfeldt-Jakob (sMCJ). Ces données suggèrent un lien potentiel entre la survenue de certains cas de sMCJ et ces prions animaux.

La rareté des cas de MCJ (environ 1 cas par million et par an) couplée aux durées d’incubation potentiellement très longues des maladies à prions chez l’homme (plusieurs décennies) rendent les études épidémiologiques visant à établir un tel lien extrêmement difficiles.

Dans leurs conclusions, les auteurs de l’étude insistent sur le fait que les cas de MCJ sont très rares et que la tremblante circule depuis plusieurs siècles chez les petits ruminants dont on consomme la viande. Ils considèrent ainsi que même si le caractère zoonotique de la tremblante du mouton devait être définitivement confirmé par de futures études, cette maladie ne constitue pas un nouveau risque majeur pour la santé publique.

1 La transmission de l'ESB à l'homme est établie en 1996.

Voir aussi

Hervé Cassard, Juan-Maria Torres, Caroline Lacroux, Jean-Yves Douet, Sylvie Benestad, Frédéric Lantier, Séverine Lugan, Isabelle Lantier, Pierrette Costes, Naima Aron, Fabienne Reine, Laetitia Herzog, Juan-Carlos Espinosa, Vincent Beringue and Olivier Andréoletti: Evidence for zoonotic potential of ovine scrapie prions. Nature Communications, 2014, 5:5821.